Certains sites Internet associent  zapper et maladies graves.
Ce n'est pas notre rôle de faire de telles affirmations.  La maladie
ne nous intéresse pas.  Nous la laissons aux experts des états
maladifs

Nous sommes seulement intéressés à nous sentir mieux, ce qui
est hautement subjectif, et à nous débarrasser d'autant d'intrus
mal venus qui siphonnent nos ressources premières que
possible.  Ces intrus, qui vivent à nos dépens, nous les désignons
sous le nom générique de "parasites". 

Nous expérimentons sur nous l'influence du zapper sur ces
parasites, sur une base hypothétique et empirique, qui n'a rien à
voir avec la médecine ou la démarche scientifique.
Exonération de responsabilité                            

Les principes exposés ici le sont à titre d’hypothèses et de théories n’ayant aucun fondement médical
ou scientifique reconnu officiellement.

Santé Canada (Canada) et la Food and Drugs Administration (USA) n’ont pas effectué de recherche
officielle sur la technologie décrite ou sur les appareils dont il est question dans ce site.  Ils ne
peuvent donc émettre une quelconque garantie quant à leur efficacité ou leur sécurité.

Cette technologie et ces appareils ne sont pas exposés ou vendus pour diagnostiquer, traiter, guérir
ou prévenir une maladie. 

Si la maladie est en cause, S.V.P., consulter un expert dûment licencié dans ce domaine :
Votre médecin (M.D.) Traitant.


Chapitre VI : 

  Quelques solutions pratiques au zapper en fréquence 


Ce chapitre sera particulièrement intéressant pour le constructeur d’un zapper de base, utilisant un 555, et
voulant bonifier son zapper de l’effet des fréquences.

Assez paradoxal à dire, un zapper en fréquence n’a pas besoin d’être un zapper.
Mais le nom “ zapper ” est si bon vendeur…

Le zapper de base, ou zapper de Hulda Clark nous l’avons vu (et j’espère compris), est basé sur un petit
courant continu de moins d’un dixième de milliampère À DESTINATION.
Certaines expériences conduites au collège de médecine Albert Einstein, New York, en 1991
ont démontré que entre 50uA et 150uA, le courant agissait efficacement, mais qu’en augmentant ce courant
à 200uA et plus, l’efficacité diminuait.

Lorsqu’on utilise la fréquence pour se débarrasser des parasites, le courant n’est qu’un vecteur de
transmission de cette fréquence, et n’a plus besoin d’être exclusivement continu. 
Les recommandations pour le zapper de H.Clark ne se justifient plus.

La fréquence aura d’autant plus d’énergie qu’elle sera haute.
Si un virus à 320kHz nous intéresse, une fréquence de exactement 320kHz sera le meilleur choix.
À cette fréquence “ directe ”, la Dre Clark a trouvé qu’une exposition de 3mn était suffisante.
Le courant continu avait besoin de 7mn, si le parasite était “ atteint ” par le courant.

Pour des raisons techniques et légales (vous n’avez pas le droit de “ salir ” le spectre électromagnétique et
de vous trouver sur une fréquence commerciale (ou pire encore, militaire))
Les fréquences trouvées par la Dre Clark (70kHz à 800kHz) peuvent se trouver en zone interdite.

PAS QUESTION D’UTILISER UNE ONDE CARRÉE À CES FRÉQUENCES!!
Questions et Commentaires

Je ne m'y connais pas bien en cures de Clark, mais avez-vous pensé aux modifications du PH tissulaire lors de séances de ce type au
long-cours.
C'est cool de chasser les bestioles, mais beaucoup moins cool de modifier son PH tissulaire, car c'est lui qui régit en grande partie la
capacité de l'organisme à s'auto-gérer.

La question peut avoir du sens.

Je n’ai jamais pensé à ce point en particulier, tout simplement parce que malgré des dizaines de milliers d'usagers du zapper, je n’ai pas encore lu
de rapports en ce sens.

Avec un traitement total de 21mn entrecoupé de 2 pauses de 20mn, je n’ai jamais perçu la moindre rougeur ou inconfort, même avec 3
traitements par jour.
Lorsque des traitements en durée sont faits, et qu’on ne change pas de location régulièrement, des rougeurs peuvent survenir (pour moi, après
90mn de traitement continu à la même place).

J’ai vu aussi de légères brûlures de la peau (1er degré) avec des “ expérimentateurs ” faisant une séance de zapping durant leur sommeil, une
pratique que je déconseille.

Inflammation chronique? Jamais encore.


 
Zapperwise
L'électronique appliquée au mieux être
Chapitre_1 : Introduction

Chapitre_2 : Le zapper et
l'électricité (dangereux, le
zapper?)

Chapitre_3 : Les limites du zapper

Chapitre_4 : Si un zapper de
base est si simple et
indépendant de la fréquence,
pourquoi mettre autant
d’emphase sur cette fréquence?!?

Chapitre_5 : La fréquence dans un
zapper : Ondes carrées et
harmoniques

Chapitre_6 : Quelques solutions
au zapper en fréquence

Chapitre_7 : Les avantages d'un
balayage en fréquence, Tendances
actuelles et avenir du zapper

Dans le registre de fréquences utilisé par un zapper (15Hz à 40kHz), très loin des fréquences directes, L’EMPLOI D’ONDES CARRÉES A
BEAUCOUP D’AVANTAGES.
=  Peu de chances de “ salir ” le spectre, avec une si petite puissance employée, des fréquences aussi basses, et un emploi direct (pas
d’antenne)
=  Une onde carrée est TRÈS FACILE à fabriquer avec quantité d’oscillateurs logiques bon marché, le 555 étant un excellent choix.
=  Comparé à une onde sinusoïdale (forme arrondie), la forme carrée a plus d’énergie disponible (environ 30% de plus) et cette énergie étant de
plus haute fréquence (harmoniques), passera d’autant mieux la barrière naturelle de la peau.
=  Avec très peu de modifications, on peut changer la forme d’onde de “ carrée ” (50-50), à rectangulaire (80% en haut, 20% en bas, par
exemple), ce qui augmente la quantité d’énergie disponible.

Bien que nous n’ayons pas de résultats “ scientifiques ”, la quantité de renseignements expérimentaux trouvés sur Internet nous laisse croire
à la tendance que certains parasites sont “ personnellement ” affectés par des harmoniques de fréquences aussi basses que 2000Hz, d’où la
popularité de la fréquence 2.5kHz, souvent prise comme deuxième fréquence pour un zapper.

Dans le côté contrariant de l’utilisation des fréquences dans un zapper, nous avons :
= La précision globale d’un oscillateur 555 ne peut aller beaucoup plus loin de 1%. 
La plupart du temps, la tolérance des composants le faisant fonctionner variant de 5% à 20%, le résultat final sera peu recommandable, en
fréquence.
Nous aurons ainsi facilement 2 zappers “ identiques ” (à 20% près), l’un étant très bon (Par hasard) pour les sinusites, et l’autre (Par hasard) pour
les vers du foie.
=  L’utilisation d’une (ou plusieurs) fréquences pour un problème en particulier nécessite d’identifier ce problème (les médecins appellent cela un “
diagnostic ”, et seulement eux ont le droit légal de poser un tel geste, faisant partie de l’acte médical).  Problèmes à l’horizon…
=  Pour avoir de meilleures chances avec la précision, un oscillateur utilisant un cristal peut nous donner une précision de 0.005% ou 50ppm, ou
nous pouvons utiliser un micro-contrôleur utilisant un cristal, assez rapide pour fabriquer différentes fréquences avec précision.  Toutes des
solutions très chères comparées à la simplicité d’un 555.

Que pouvons nous faire, en restant dans le domaine du 555?
=  Pour la plupart des zappers, parler de fréquence “ supérieure ” est une déclaration fausse et fantaisiste, à cause de l’imprécision de ces
fréquences “ magiques ”
=  30kHz ne mise que sur un meilleur transfert d’énergie en Courant Continu et devrait être une fréquence “ obligatoire ” sur tout zapper.
=  2.5kHz a l’avantage sur le 30kHz, d’avoir des harmoniques à 5kHz de distance, avec une forme d’onde carrée 50-50, et attrapera beaucoup de
parasites (lesquels? Ça, c’est une autre histoire!).  Le transfert sera environ 12 fois moins “ bon ” qu’avec 30kHz (formule employée Xc=
1/2Pi*F*C)
=  Pour améliorer nos chances, nous pouvons : Doter notre 555 d’un contrôle variable de précision, comme un potentiomètre miniature de 15
tours, permettant de compenser, par son réglage, les différentes sources d’erreur.  On peut espérer une précision avoisinant le 0.5%
=  Le 555 a une entrée permettant d’augmenter la stabilité de la fréquence (Condensateur de environ 0.1uF, mis à la patte 5). 
Dans notre cas, cette stabilité est nuisible, puisque elle nous mettrait, la plupart du temps, juste à côté de la fréquence visée. 
Ne rien mettre sur cette patte donnera une fréquence variant autour du réglage et touchant de temps en temps la “ vraie ” fréquence.  Prolonger
le temps d’exposition compensera pour cette “ imprécision ” variable et volontaire.
=  Doter le zapper de plusieurs fréquences (facile jusqu’à 3 fréquences différentes)
30kHz environ me semble un bon premier choix.
2.5kHz environ me semble un bon 2ème choix.
N’importe quoi entre 1kHz et 10kHz peut être un 3ème choix intéressant.
Ceci permet d’augmenter les chances de toucher facilement un maximum de parasites, à l’aveuglette.  Le système immunitaire, moins occupé, fera
le reste.
Et pour finir…
=  Augmenter le rapport cyclique autant que faire se peut, pour augmenter le transfert de courant continu et augmenter autant que faire se peut
aussi, la quantité d’harmoniques émises par la fréquence choisie.

Il peut y avoir d’autres astuces, que je ne connais pas.  Mais celles-ci on été mises à profit dans les appareils que je construis.